Nos familles valent mieux qu’un cache-misère

Les familles sont au cœur des débats politiques, sans que cela ne réjouisse l’association Pro Familia Vaud. Si, en mars, le principe du soutien aux familles n’a pas été inscrit dans la Constitution, aujourd’hui une déduction fiscale pour «non frais de garde» (cherchez l’erreur!) risque bien de s’y trouver consacrée. Et cela n’est pas sans risque, pour les familles justement.

Opinion publiée dans le journal 24 Heures, le 21 novembre 2013 par Stéphanie Apothéloz, Présidente de Pro Familia Vaud
(Version pdf)
Découpons cette jolie pièce montée. En Suisse, dans l’immense majorité des cas, l’arrivée d’un enfant se traduit par une baisse du taux d’activité et une hausse des frais, notamment de garde. Avec l’inéluctable augmentation des loyers et des primes maladie, de nombreuses familles sont à la peine financièrement. Cette initiative, loin de les soutenir, risque bien de finir de leur mettre la tête sous l’eau. Voyez plutôt.
L’UDC annonce vouloir permettre à «tous les parents de bénéficier des mêmes allégements fiscaux, quel que soit le mode de garde». Seulement, le total des déductions n’est pas extensible à l’infini, notre ministre des Finances,
Mme Widmer-Schlumpf, l’a rappelé. Les analystes financiers l’ont confirmé. Ainsi, si tous reçoivent une tranche du même gâteau, assez rapidement il ne reste plus que des miettes.
Pour les familles très modestes, cette déduction ne représentera que peu de changement, elles paient peu ou ne paient pas d’impôts. Dans la classe moyenne, fausse bonne idée, ce principe d’équilibre des déductions augmentera la taxation pour la plupart des parents. C’est pour les familles aisées, en particulier celles où le seul salaire de monsieur compte triple, que l’imposition sera significativement réduite.
Ensuite, même si l’UDC s’en défend, cette initiative va décourager les femmes de rester dans le monde du travail. Voir son salaire absorbé par les frais de garde a déjà démoralisé plus d’une mère. Mais souvent madame tient bon, car un emploi, c’est un revenu, mais également un lien social, une progression professionnelle et une couverture sociale. Cette déduction fiscale risque de faire céder certaines… Soit. Mais l’UDC sera-t-elle là ensuite pour soutenir leur retour des mères sur le marché du travail ou combler le trou de leurs cotisations AVS?
Aussi, prétendre vouloir l’égalité entre les types de familles alors que l’on est en train de les monter les unes contre les autres, c’est un peu fort de nappage au chocolat. L’égalité dans les allégements fiscaux conduit de fait à de grandes inégalités dans les factures fiscales. Une même déduction pour toutes les familles, n’aura quasiment pas d’effets pour vous et moi, mais permettra d’offrir des cadeaux fiscaux aux riches familles… qui n’en n’ont pas besoin! Comme cerise sur l’argumentaire, rappelons l’absurdité de la proposition qui tord le système fiscal en vue de proposer de déduire des frais non existants. Sans compter que les recettes manquantes seront autant d’argent en moins pour le soutien aux familles (subsides, crèches, etc.).
Pro Familia Vaud vise à promouvoir une politique familiale cohérente, plurielle et équitable. Cette initiative en est le parfait contre-exemple, nous invitons donc prestement à la refuser.